Mar 11

25 mars 2021 Assemblée Générale

Assemblée Générale de l’ARES

La salle est vaste et toutes les précautions sanitaires ont été respectées.
Voir l’article de EWANews

Ordre du jour:

  • Election du Conseil d’Administration
  • Election du bureau par le Conseil d’Administration
    • Présidence : Henri DELAGE et Françoise Gy-Gauthier
    • Trésorerie : Bernard MACHAT et Christian FERRET
    • Secrétariat : Chouski MARICHAL et Annie MOULINIER
  • Règlement intérieur
  • Choix et validation des sujets prochains de nos réunions.
  • Orientations générales de l’ARES
  • Divers

37 personnes présentes, adhérents, ont voté et élu le conseil d’administration qui a élu immédiatement le bureau.

 

Les rencontres ARES sont et resteront toujours « entrée libre » pour les adhérents et les non-adhérents.

Les membres peuvent proposer et choisir collectivement les sujets.

Le 2 avril, à 10 h première réunion du bureau pour établir une version définitive :

  • des statuts
  • du règlement intérieur

 

L’ARES

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/25-mars-2021-assemblee-generale/

Mar 10

25 Février et 3 mars 2021 Chemins de SAINT-JACQUES

Les rencontres du 25/02 et du 03/03 “Les chemins de Saint Jacques de Compostelle” ont été très riches : environ 8 témoins ont bien voulu partager leur expérience. Les récits sont très variés, en fonction de l’aventure vécue et surtout de la personnalité et du style du pèlerin. En PJ l’intervention de Chouski, rédigée.

Tout part d’un désir :

Désir contrarié, repoussé, rêvé: travail, maladie, activités professionnelles… s’oppose à sa réalisation.

Désir de se « confronter à la réalité, sans filtre ?

Faire un chemin ou un pèlerinage ? S’évader ? Se détacher ?

Sur le chemin certains ont des motivations touristiques ou sportives.

Tout part d’une motivation intime, secrète.

Pourquoi?

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/25-fevrier-et-3-mars-2021-chemins-de-saint-jacques/

Jan 07

6 janvier 2021 Bonne année 2021

https://www.facebook.com/groups/240492567471013

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/6-janvier-2021-bonne-annee-2021/

Déc 24

24 12 2020 Joyeux Noël

 

 Pour garder espoir, spécialement cette année,

fêtons et célébrons  Noël

 L’ARES vous souhaite un très bon et joyeux Noël

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/24-12-2020-joyeux-noel/

Déc 19

19 décembre 2020

L’ARES, Loi de 1901, est une réalité.

L’ARES a des projets, et des projets ambitieux. Pour la « relance », après le confinement, nous devons être prêts et forts. Aussi nous lançons les adhésions, au tarif de 10 € minimum. Cette cotisation  est nécessaire pour négocier avec les différents interlocuteurs, pour signer la vitalité de notre Atelier.

Les rencontres seront toujours ouvertes à tous; mais seuls les adhérents auront pouvoir d’élire le bureau et de choisir les sujets.

La cotisation peut être réglée par chèque à l’ordre de l’ARES adressé à Bernard MACHAT Guillebonde 24120 TERRASSON

L’ARES ASSOCIATION LOI de 1901:

C’est fait ! Les statuts de l’ARES sont déposés (merci Françoise et Patrick). Une Assemblée Générale était prévue en Décembre pour élire le bureau et valider le Règlement Intérieur. Cette AG est repoussée, également, à une date ultérieure. Dés que possible !

 

L’ARES est officiellement  une Association Loi de 1901.

Le bureau provisoire (en attendant des jours meilleurs) reste celui qui fonctionnait avant :

Président : Henri DELAGE

Secrétaire : André BEGOC

Trésorier : Bernard MACHAT

Les statuts (merci Françoise, merci Patrick) sont en P.J. Le règlement intérieur sera proposé à l’AG

 

Caf-é-thique

Pour aller plus loin…

A la suite d’une rencontre chacun peut susciter un caf-é-thique : il s’agit de se réunir (6 personnes maxi) pour échanger pour approffondir un point du sujet de la rencontre.

Par exemple:

  • « Et nous que faisons nous pour initier nos jeunes à la vie adulte? »
  • La symbolique sur le Chemin de Compostelle

Les caf-é-thique tenus ont donné toute satisfaction aux participants.

 

Joyeux Noël à tous.

PROCHAINES RENCONTRES: après la soirée « Rites du Cameroun » il est prévu une ou des rencontres sur « Chemins de Saint Jacques: un but, des efforts, des rencontres » avec 2 témoins: J.P. Jacquinet et Patric Chouzenoux. Dés que possible !

 

*Caf-é-thique: le caf-é-thique suivant la rencontre « Beauté » a apporté toute satisfaction. Un caf-é-thique (« Et nous que faisons nous pour préparer des citoyens adultes? ») concernant les personnes ayant assisté à la rencontre de Bersac est proposé Jeudi 17 décembre à 14h. Les personnes intéressées doivent s’inscrire (attention !!! places limitées à 6 !) par retour mail ou auprès de Françoise (06 80 70 55 26). Si quelqu’un veut organiser un deuxième caf-é-thique il faut se signaler.

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/19-decembre-2020/

Nov 28

28 novembre et 16 décembre 2020 Rites d’initiation au CAMEROUN

ARES NEWS

 

*La rencontre « rites du Cameroun » s’est tenue en 2 sessions pour respecter au maximum les précautions sanitaires: le 18 Novembre à Bersac et le 16 Décembre à Terrasson. Merci au P. Alain Bernard de nous avoir fait découvrir les règles et les coutumes de son pays. Des rites très exotiques, mais des préoccupations et des nécessités très semblables : universalité de rites rassurants lors des « passages », nécessité de transmettre une culture, importance du symbolisme pour traduire les mystères de la vie et de la mort…et surtout obligation de fixer des règles régissant les rapports, les fonctions de chacun et les hiérarchies sociales.

Une rencontre sur « les rites d’obsèques » mettant en parallèle les rituels locaux et camerounais a été demandée. La disponibilité du P. Alain Bernard est une richesse à « exploiter »: voir ce qu’il y a de différent et aussi d’universel dans des cultures très éloignées. Discerner ce qu’il peut y avoir de beau et de juste dans cette culture africaine.

 

Le 28 Octobre 2020. BERSAC

RITES D’INITIATION AU PASSAGE A LA VIE ADULTE

AU CAMEROUN

Le Cameroun est un vaste pays de l’Afrique de l’Ouest (475 440 Km² / la France métropolitaine 552 000 Km²). Peuplement 27 744 000 Ha répartis en 250 ethnies pratiquant autant de dialectes et de rites différents! Les langues officielles sont le Français et l’Anglais. Le P. Alain Bernard est de la tribu des Bettis et de l’ethnie des Sanagas. Il existe en fait « des Afriques » extrêmement variées dans leurs rites et leurs cultures.

Rite : de ritus : « ordre prescrit »

Initiation : d’initiare : « début », « s’avancer dedans »…

Rite d’initiation : notion de passage d’un état à un autre par des signes conventionnels prescrits par la tradition ou l’autorité. Ne se discute pas ; ne s’adapte pas.

Tous les rites d’initiation procèdent de 3 phases : -1-la séparation (de l’état initial et du groupe) ; -2-l’isolement ; -3- l’intégration d’un groupe de statut supérieur. Ici un enfant perd son statut d’enfant et après un isolement il intègre la société des adultes.

Plusieurs épreuves initiatiques sont possibles dans cette culture :

Ces rites sont très importants : ils soudent la communauté qui trouve à se reconnaitre dans ces coutumes ayant fait leurs preuves depuis les temps immémoriaux.

*Epreuve des fourmis : le jeune homme est placé sur un nid de fourmis urticantes (piqure comme piqure d’abeille). La famille et le village observe les réactions du jeune. Il en sera déduit sa bravoure, sa résistance à la douleur, sa « puissance ». Selon ces observations le successeur est choisi. Il se doit d’être « viril » et capable de nourrir et protéger la famille et « la maison du papa » qui est sacrée. Le village où est implantée cette maison est aussi très important et, jusqu’à la mort et les obsèques sera LE village de tous.

*Test de la forêt : au jeune homme (15 ans), qui n’est généralement pas le fils successeur et qui n’est pas allé à l’école, est donné un bout de forêt. Il a à défricher, déboiser et mettre en culture ce lopin (qui peut être vaste). Il part de rien (parfois une simple machette) et doit, seul, faire ses preuves. Il aura ensuite à construire sa maison sur ce lopin. Là aussi l’adolescent est testé et jugé selon le résultat. Une portion de l’héritage est donnée du vivant des parents.

*La circoncision est dans toute l’Afrique le grand rite initiatique. Elle est pratiquée entre 6 et 10 ans. L’enfant est immobilisé par 4 gaillards, dans la maison familiale, et il est procédé à la circoncision, sans anesthésie (et sans environnement médical). Dans d’autres traditions l’opération se pratique dans la forêt. Il s’agit d’une opération très douloureuse à cet âge. Parfois un emplâtre de feuilles de la forêt réputées thérapeutiques s’avère nécessaire. Là aussi les réactions de l’enfant sont observées par l’entourage, la famille et surtout le père qui évalue la résistance et la force de l’enfant : cela entre dans le jugement et l’orientation de la transmission.

*Dans d’autres coutumes l’initiation se fait dans la forêt. Des épreuves de survie y sont organisées, pendant 3 mois environ, accompagnées par quelques hommes (un peu comme Koh Lanta »). Cette initiation est dangereuse et se termine parfois par la mort de l’adolescent. Là aussi le père évalue le comportement de l’adolescent… et là aussi les filles à marier attendent le retour des héros. « S’il pouvait me lancer un regard prometteur !!!… »

*Scarifications en particulier du visage. En Angola, par exemple, des scarifications, effectuées dans la forêt, sont coutumières. Il s’agit de signes identitaires, d’appartenance à une ethnie.

Tous ces rites se terminent par un grand repas, partagé.

Il est facile de distinguer 2 fonctions sociales des rites : la transmission du nom du père avec le choix d’un héritier et la sélection des hommes forts capables de fonder une famille.

Rites : questions.

Les rites font intervenir les corps et sont symboles dans l’action. Ce n’est pas un enseignement théorique, une démonstration : c’est vécu (initiateurs et initiés) comme une épreuve, une expérience plus affective et émotive que raisonnable.

*Et les filles ?: Les filles n’ont pas de rites d’initiation à la vie adulte codifiés. Leur formation (en plus d’éventuelles études) se fait à la maison avec apprentissage des gestes ménagers. Elles ne sont qu’observateurs lors des rites initiatiques des garçons. Ces cérémonies sont l’occasion d’évaluation et de choix des qualités de l’initié, mais aussi de rencontres, de séduction. Cela peut déboucher sur un projet d’union avec un garçon qui doit avoir subi brillamment les rites (sauf la circoncision qui est familiale). Le mariage n’est généralement pas organisé par les parents mais est un libre choix des époux.

L’accouchement peut être considéré comme une initiation. « Comment réagissent les femmes devant un statut inférieur aux hommes ? ». « Elles l’acceptent avec joie ! » ???

*La forêt : dans tous les rites la forêt apparait importante. Elle est, peut-être, mythiquement, l’origine des hommes. Paradis perdu, plein de richesses et de potentialités. Lieu de ressourcement.

*Le repas terminal : est très important. La circoncision se termine par l’offrande au circoncis, par son père, d’un poulet entier avec le gésier. Il est de coutume que l’adolescent partage ensuite ce poulet et en offrent des morceaux aux convives. Il est adulte et propriétaire du plat… mais aussi membre de la communauté. Droits et servitude de l’état adulte.

*Critères de hiérarchisation : « la force », « la  puissance », « le courage », « la résistance à la douleur » sont les critères pour recevoir le patrimoine et choisir une femme…

Société camerounaise. Questions :

*Le « village de papa », la « lignée de papa » : Ce qui compte c’est la lignée des mâles. « Pour garder le nom. Pour garder la famille ça passe obligatoirement par le père ».

Quand une fille se marie elle va dans le village de son mari et donc sort, en quelque sorte, de la lignée. La famille est étroitement liée à la terre et au village d’origine. Chacun a à cœur de construire une case ou une maison dans ce village, sur les terres de la famille (de papa). De même chacun tient à être enterré dans cette terre, sur la propriété familiale (les cimetières n’existent pas au Cameroun ; les tombes sont sur un terrain privé de la famille).

*Structure familiale : La « famille » est très élargie. Ainsi un enfant peut appeler « papa » tous ses oncles et « cousins » toute la parentèle. En fait la famille est étendue au village.

Il arrive qu’une mère de famille nombreuse choisisse pour « père » de l’enfant un oncle ou cousin qui devient alors « papa ». Cette adoption est généralement annoncée par le choix du prénom de l’enfant : c’est celui du futur « papa » choisi par les parents biologiques.

La polygamie est admise et officielle « mais ce n’est que des problèmes, c’est bien mieux avec une seule femme ». La dernière épousée a un statut privilégié, en général.

*Le respect dû aux anciens : cette règle ne souffre pas d’exception. Elle peut être pointilleuse ; dans toute organisation, même un jour de plus d’ancienneté induit un statut prééminent.

*L’homosexualité ose se déclarer dans les grandes villes. Elle est strictement interdite. La personne est rejetée du village et de sa famille, ignorée radicalement.

*Les repas sont ritualisés. Par exemple il est marquant pour un adolescent de recevoir de la main de son père, un morceau de boa. La place et l’ordre des invités au repas sont très codifiés.

Les pouvoirs du rite (essai d’analyse Henri Delage) Comme tous les rites les rites d’initiation au Cameroun répondent à des besoins et désirs universels. Nous pouvons facilement retrouver les mêmes mécanismes dans notre société, dans l’histoire et dans toutes les cultures. Ils répondent au besoin de transmettre culture et biens, de se protéger, de se survivre. Et surtout de créer des liens. Le passage à l’âge adulte est une période de crise nécessitant réassurance et orientation sociale.

Comme tout rite l’initiation à la vie adulte a (au moins) 3 pouvoirs : c’est une représentation (récit et image) ; une enveloppe protectrice (contenante) ; elle a un pouvoir de transformation.

Ces 3 pouvoirs s’exercent sur la société et sur l’individu.

Pour la société la cérémonie est représentation des origines (plus ou moins mythiques) du peuple ; représentation aussi des Lois (respect aux anciens, hiérarchie, séparation des sexes et des générations…) du groupe. Elle est aussi enveloppe protectrice (puissante) par la ritualisation des gestes qui permet d’inscrire la vie de l’individu dans un groupe « éternel » enveloppant les ancêtres, les adultes et les jeunes. Elle est aussi transformation (modeste) en intégrant des jeunes initiés qui vont enrichir le groupe, en transmettant.

Pour les jeunes hommes la cérémonie est représentation du partage du statut de membre intégré du groupe et de son statut d’adulte. La cérémonie est médiatrice entre 2 générations, mais aussi individu/société, monde des vivants/morts, présent/éternel, monde visible/monde des esprits. Elle est protectrice (puissante) car l’adolescent est conforté par son statut « officiel » d’homme adulte faisant partie d’une communauté. Le jeune adulte est réassuré par la solidarité du groupe et la certitude de partager une même culture, de mêmes références culturelles, de mêmes symboles. Elle est transformation (modeste) puisque son statut change radicalement. La cérémonie n’est pas que magique : elle agit.

Dans cette culture, cette société, la fonction enveloppe protectrice est très importante et la fonction transformation moins importante.

Les rites créent des liens : entre membres du clan, entre générations, entre passé et présent, entre le visible et l’invisible…

Mais les liens ont 2 sens ! Lien comme garrot et lien comme relation… à méditer !

 

Bonne journée !!!

 

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/16-decembre-2020/

Sep 27

Décès de Denis TILLINAC 27 09 2020

 

Nous apprenons avec beaucoup de tristesse le décès de Denis TILLINAC. Nous nous souvenons avec reconnaissance de sa venue à une rencontre débat ARES en avril 2015 (« Médias et Libertés »). Il avait séduit toute l’assemblée par sa gentillesse, sa fidélité, sa culture encyclopédique, la simplicité et la franchise de ses propos. Il avait fait le long déplacement depuis sa chère Corrèze, gracieusement, avec beaucoup de courtoisie. Il nous avait dit des mots chaleureux d’encouragement pour l’ARES, avait approuvé et validé notre vocation d’information, de rassemblement et de tolérance.

 

Nous nous associons à la peine de ses proches. C’était un catholique pratiquant et nous espérons que, conformément à sa Foi, il repose pour l’éternité dans la Paix du Christ.

 

Les personnes au service de l’ARES

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/deces-de-denis-tillinac-27-09-2020/

Sep 22

22 septembre 2020 la beauté

La beauté

Voir l’article de EWANews

Beau succès de la rencontre ARES du 22 septembre !

Le centre socioculturel du Lardin était complet (compte tenu des restrictions liées à la pandémie). En présence de Mme la Maire, de plusieurs élues et de Mgr Albert Rouet

L’ARES a proposé cette rencontre parce que des créateurs ont signalé l’absence d’un lieu et d’un temps pour se poser et réfléchir sur les conditions de leur travail. L’ARES lieu d’échanges était bien dans sa « mission ». L’éthique c’est ce qui « est bon pour l’humain » et ce qui « humanise ».

Créer de la beauté est tout à fait dans cette recherche éthique.

L’expo

16 créateurs d’art ont exposé. Une cinquantaine d’œuvres couvraient totalement les murs disponibles du socioculturel du Lardin. Œuvres d’une qualité remarquable, très appréciées; la présence des artistes a permis des échanges et explications bienvenues.

Brand S. (verrier d’art); Chouski; Dautry S.; Delage J.; Derobert B.; Dorgambide D.; Grimal M.P.; Herszt M.C. (patchwork); Kremser F. (tournage sur bois); Mazin D. (photo); Moine H.; Monzamir C.; Moulinier A.; Mouroux M.A.;Pagnoux M.;Trigaut L.;Queyroi M. ont exposé.

Le débat

Les débats ont été très ouverts, courtois. Il n’était pas possible d’épuiser les sujets abordés dans le temps d’une soirée. Il s’agissait de fonder sa parole sur son expérience sensible personnelle. Sous forme d’une table ronde, les créateurs ont parlé de leur activité et de beauté.

(Trop courte) synthèse des échanges :

Concernant « la création »

Le désir de création est une « impérieuse nécessité intérieure », née « des tripes », aussi d’un besoin de se réparer. Elle est un travail, mise en ordre d’un chaos (« Il faut avoir du chaos en soi pour enfanter une étoile qui danse »), avec apprentissage, réflexion, observation et progression. Echecs aussi à analyser et pouvant permettre une progression. Elle est aussi don: don reçu (être doué) et don vers l’extérieur de l’œuvre. C’est l’interaction, le mouvement de ces 3 forces  (nécessité, don et travail) qui permet la création.

Concernant « la beauté »

La beauté est difficile à définir, subjective. Ce problème est posé depuis l’antiquité: la beauté est en relation avec le Bon, avec la Vérité et avec le Juste, sans se réduire à cela. « Une belle personne », « La beauté de la nature »; « La beauté artistique »; « La beauté reconnue socialement » (dit chef d’œuvre); « Les beaux sentiments »…

L’assemblée s’est quittée en soulignant le besoin et l’espoir de se retrouver et de refaire des manifestations communes.

Pourquoi pas une réunion sur la musique ?

Artiste : LUC

 

Artistes :  SAMUEL et  KREMSER

 

Artiste : DEROBERT

 

Artistes intervenants

Artiste

Artiste : Sylvie DAUTRY

C MONZAMIR  J DELAGE  P  DEVALOIS  H  MOINE

Le Public

 

P  DESVALOIS

 

 

P DESVALOIS

 

 

 Patricia  DEVALOIS

 

 

 

Caf-é-thique 

 Le caf-é-thique suivant la rencontre « Beauté » a apporté toute satisfaction. Un caf-é-thique (« Et nous que faisons nous pour préparer des citoyens adultes? ») concernant les personnes ayant assisté à la rencontre de Bersac est proposé Jeudi 17 décembre à 14h. Les personnes intéressées doivent s’inscrire (attention !!! places limitées à 6 !) par retour mail ou auprès de Françoise (06 80 70 55 26). Si quelqu’un veut organiser un deuxième caf-é-thique il faut se signaler.

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/22-septembre-la-beaute/

Août 28

9 septembre 2020 Leçons de la crise sanitaire

Bonjour à toutes et à tous,

Les « vacances » sont finies ! L’heure de la rentrée sonne et nous avons de grandes perspectives !

« Le vécu et les leçons de la crise sanitaire et du confinement; quel monde après ? »

Venez dire ce que vous en pensez, venez écouter la parole des autres

Nous vous souhaitons une excellente rentrée… et surtout une bonne santé.

A bientôt

Le groupe de personnes au service de l’ARES

 

 

Chers Ami(e)s,

La rencontre de « Pandémie, confinement » du 9 septembre a été particulièrement conviviale et vivante. C’est un succès. La joie de se retrouver après quelques mois, autour d’un sujet, pas joyeux, mais qui a concerné et qui concerne tout le monde, a stimulé et débridé des échanges fort intéressants.

Avec des précautions d’hygiène au delà des recommandations officielles. Ethique oblige !!!!!

Atelier de Réflexion Ethique et Sociale

CONFINEMENT ET PANDEMIE

Compte- rendu rencontre du 09/09/2020

Il ne peut être rendu compte honnêtement de la richesse des témoignages et échanges des deux ateliers. Aussi nous avons choisi de noter les principaux thèmes et réflexions qui ont été discutés.

*L’énorme privilège de vivre cette période à la campagne ; l’espace, la liberté de circuler ont été unanimement appréciés. Le confinement a favorisé le rapprochement exceptionnel des générations (parents/enfants ; adultes/personnes âgées). Beaucoup de témoignages dans ce sens.

*A l’opposé, des personnes, de tous âges, isolées, se sont trouvées encore plus seules. Le cas particulier et dramatique des résidents en EHPAD, les agonies, les décès ont été d’horribles épisodes pour les résidents et pour les familles.

*La garde et l’éducation des enfants : remarquable organisation de l’enseignement à distance avec personnalisation des cours si nécessaire. Grande implication d’enseignants. Hélas, les décrocheurs habituels ont été encore plus absents.

A noter l’apparition ou le développement d’anxiété chez des enfants submergés d’informations inquiétantes ou morbides sur les écrans.

*Le manque de moyens et la désorganisation de l’Etat, ses communications contradictoires, sont constatés. La catastrophe des délocalisations a été illustrée par la pénurie de masques.

Il ne faut pas généraliser : les soins hospitaliers et l’éducation sont des contre exemples.

*Ne pas oublier les « beaux gestes » de solidarité du voisinage, des associations… : soucis du voisinage vulnérable, fabrication de masques, commerce de proximité…

*L’environnement, la nature a évolué positivement. C’est une réalité constatable.

*La toxicité des informations en continu, contradictoires et angoissantes. L’omniprésence de fausses informations sur internet; il faut vérifier les sources aussi souvent que possible et s’éloigner souvent des écrans.

*La révélation (surtout pour les dirigeants !) de la hiérarchie des métiers et des fonctions : il est des métiers indispensables (personne ne s’est plein de l’absence de publicité… mais été bien content d’avoir un boulanger et du personnel soignant !). La reconnaissance et la rémunération ne sont pas toujours proportionnelle a l’utilité réelle !!!

*Beaucoup de discussions sur les espoirs de la recherche et sur les traitements. Les vaccins sont un espoir ; certains (rares) sont méfiants. L’éradication ou le contrôle, par les vaccins, de maladies précédemment terribles et mortelles (variole, polio, diphtérie, tuberculose…) est une heureuse réalité (pas assez rappelée ?). La comparaison avec l’âge des décès à Beauregard au 19° siècle (énorme mortalité juvénile) rend compte de l’immense chance que nous avons : la recherche médicale, les vaccins et les traitements (plus l’hygiène) nous font habiter un monde beaucoup moins risqué et beaucoup plus confortable !!!

*Après bilan l’ensemble des personnes garde espoir et espérance… Même si des jours difficiles sont possibles.

Et le monde d’après ,

*La crise sanitaire a aggravé considérablement les inégalités et les conséquences seront très durables : chômage, faillites, isolement… La solidarité sera de plus en plus indispensable ; mais « la distanciation sociale » rend les gestes difficiles. Les Associations sont elles mêmes très impactées et paralysées (clubs du 3° âge ; sportifs ; restos du cœur…) ; Il va y avoir des bouleversements et les faibles (personnes et association) vont disparaitre.

*Les solidarités de voisinage apparues pendant le confinement ne vont pas toutes disparaitre : il en restera des îlots. Les « beaux gestes » laisseront des traces, des amitiés, des exemples… Cette crise peut contribuer à humanise la société.

*Une proportion non négligeable de personnes se dit maintenant méfiantes vis-à-vis des informations relayées par les chaines télé et surtout les mails et réseaux sociaux. Ils vérifieront les sources !

*Les vrais changements de société ne sont jamais des ruptures radicales : on peut espérer que des leçons seront tirées de cette crise et que de « petits pas » feront avancer les consciences, personnelles et collective. Par exemple, on peut espérer que la hiérarchie des valeurs en ce qui concerne les fonctions et les métiers sera révisée. Les métiers « essentiels, vitaux » seront mieux considérés.

*La démonstration « grandeur nature » des méfaits des pollutions sera, espérons le, une leçon durable ( ?).

*Les individus et la société, confrontée à la mort, ne pourront plus dénier cette réalité universelle après la pandémie. Les conséquences peuvent être in imaginées.

*Tout le monde est sensibilisé à la nécessité de relocaliser toutes les activités vitales pour notre pays.

En forme de conclusion :

*Il est raisonnable de garder espoir et espérance. La créativité humaine s’exerce aussi dans des activités « bonne pour l’Homme ».

*Le bien commun doit toujours être considéré et promu.

*Il a été fait le choix de privilégier la vie de personnes vulnérables au détriment de la prospérité économique. Choix éthique…

Prochaine rencontre « exceptionnelle » S’EMERVEILLER DE BEAUTE … si les conditions et la Loi nous le permettent, évidemment.

Le groupe de personnes au service de l’ARES

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/9-septembre-2020-lecon-de-la-crise-sanitaire/

Juin 30

Ce jour 30 juin 2020

 

Bonjour chers Ami(e)s,

Les règlements et contraintes liés à la pandémie ont entrainé la suspension du programme de nos réunions. Nul ne sait combien de temps dureront ces contraintes.

Comme à de nombreuses reprises l’ARES doit s’adapter pour perpétuer ses rencontres de réflexion, de culture dans une ambiance conviviale; les réunions doivent être dans un cadre conforme aux Lois, conforme à l’éthique, dans le respect des personnes, de leur intégrité mais aussi de leurs liberté et responsabilité.

Nous pouvons envisager des rencontres limitant le nombre de participants, rencontres fractionnées, dans d’autres locaux, blog d’échanges… L’ARES doit faire preuve une fois de plus d’imagination, compter sur son travail… et aussi sur la Providence qui l’accompagne depuis sa création.

Mais pour vivre notre atelier a besoin d’engagement, que de nouvelles personnes rejoignent le groupe des « personnes au service de l’ARES ». Avec leurs convictions, leurs croyances et leur énergie: toutes les compétences et bonnes volonté sont utiles et recherchées: pour programmer et organiser les rencontres, pour orienter les choix, pour le secrétariat et courrier, préparation des temps conviviaux d’après rencontre….

Pour la rentrée sont prévus:

Le 3 septembre: « Pandémie, confinement » comment l’avons nous vécu? Quel monde d’après?

Le 23 septembre à 20h30: Réunion exceptionnelle « S’émerveiller de beauté » avec J.C.GUILLEBAUD et Mgr A.ROUET

En suivant: « Chemin de St Jacques: dépouillement et rencontres »; Rites d’initiation à la vie adulte au Cameroun »; « Qu’allons nous faire de nos vieux? »; « Une autre façon de vivre? La vie d’après »; « Une morale est elle nécessaire pour une société »….

Ce sera une joie de se retrouver tous en bonne santé et dynamiques à la rentrée.

Nous vous souhaitons un excellent été.

Amicalement

Atelier de Réflexion Ethique et Sociale (personnes au service de l’ARES)

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/ce-jour-30-juin-2020/

Articles plus anciens «