Beau succès de la rencontre ARES du 22 septembre. Le socioculturel du Lardin était complet (compte tenu des restrictions liées à la pandémie). En présence de Mme la Maire et de plusieurs élues.

Pourquoi l’ARES a t elle choisi ce sujet? Parceque des créateurs ont signalé l’absence d’un lieu et d’un temps pour se poser et réfléchir sur les conditions de leur travail. L’ARES lieu d’échanges était bien dans sa « mission ». L’éthique c’est ce qui « est bon pour l’humain » et ce qui « humanise ». Créer de la beauté est tout à fait dans cette recherche éthique.

L’expo:16 créateurs d’art ont exposé. Une cinquantaine d’œuvres couvraient totalement les murs disponibles du socioculturel du Lardin. Œuvres d’une qualité remarquable, très appréciées; la présence des artistes a permis des échanges et explications bienvenues.

Brand S. (verrier d’art); Chouski; Dautry S.; Delage J.; Derobert B.; Dorgambide D.; Grimal M.P.; Herszt M.C. (patchwork); Kremser F. (tournage sur bois); Mazin D. (photo); Moine H.; Monzamir C.; Moulinier A.; Mouroux M.A.;Pagnoux M.;Trigaut L.;Queyroi M. ont exposé.

Ledébat: :Les débats ont été très ouverts, courtois. Les sujets abordés ne pouvaient être épuisés, dans le temps d’une soirée. La règle était de fonder sa parole sur son expérience sensible personnelle. Sous forme d’une table ronde les créateurs ont parler de leur activité et aussi de la beauté. Les échanges ne peuvent être résumés, aussi nous nous contenterons de faire une trop courte synthèse.

*Concernant « la création »: le désir de création est une « impérieuse nécessité intérieure », née « des tripes », aussi d’un besoin de se réparer. Elle est un travail, mise en ordre d’un chaos (« il faut avoir du chaos en soi pour enfanter une étoile qui danse »), avec apprentissage, réflexion, observation et progression. Echecs aussi à analyser et pouvant permettre une progression. Elle est aussi don: don reçu (être doué) et don vers l’extérieur de l’oeuvre. C’est l’interaction, le mouvement de ces 3 forces  (nécessité, don et travail) qui permet la création.

*Concernant « la beauté »: difficile à définir, subjective. Problème posé depuis l’antiquité: la beauté a à voir, sans s’y réduire, avec le Bon, avec la Vérité et aussi avec le Juste. « belle personne », « beauté de la nature »; « beauté artistique »; « beauté reconnue socialement » (dit chef d’œuvre); « beaux sentiments »…

L’assemblée s’est quittée en soulignant le besoin et l’espoir de se retrouver et de refaire des manifestations communes.

Prochaine rencontre le 28 octobre et le 18 novembre (« Rites d’initiation à la vie adulte au Cameroun »)

Artiste   LUC

 

Artistes    SAMUEL et  KREMSER

 

Artistes   DEROBERT

 

Artistes  intervenants