«

»

Mar 19

Imprimer ceci Article

Mars 2014 – Progrès en génétique humaine

Compte-rendu de la réunion du 19 mars ARES

Progrès en génétique humaine, conséquences éthiques, eugénismes, destruction d’embryons

Début de vie, science : éthique et morale

Diagnostic (dont diagnostic prédictif) et diagnostic prénatal (eugénisme)

Présentation de l’Ares par Christian Ferret                  41 participants

L’intervenant de la faculté de Bordeaux invité n’a pas répondu à l’invitation, le docteur Henri Delage présente le thèmeP1000254

Introduction

La génétique en médecine est impossible à faire car les recherches et résultats sont immenses ; on va s’attacher surtout à quelques problèmes éthiques

L’histoire ; protohistoire, sélection des espèces, on faisait de la génétique sans le savoir (sur les porcs, les végétaux) ; en 1865, Mendel moine Tchèque énonce trois lois concernant les principes de la transmission des caractères héréditaires. Il s’agissait de réduire ou favoriser des processus naturels.

Puis travail sur les chromosomes* et les gènes* ; on n’est plus dans un processus naturel

*Chromosome : (Structure en forme de bâtonnet du noyau cellulaire, constituant le support physique de l’hérédité)

*Gène : Structure en forme de bâtonnet du noyau cellulaire, constituant le support physique de l’hérédité

Dans les Sciences appliquées, comment peut-on se servir de ces avancées ?

Selon Blaise Pascal, il existe trois ordres dont les deux premiers; l’ordre des corps et l’ordre de l’esprit séparés par une « distance infinie » ; il est dangereux de mélanger ces domaines sous danger de tyrannie.

La recherche ne doit pas être liée au politique

Le diagnostic prédictif : progrès en génétique humaine

-Le travail sur le chromosome a permis de diagnostiquer la trisomie 21 par exemple ; le travail sur les gènes avec l’ADN recombinant (1965) puis avec les méganucléases, dans les années 90 ; technique pour bidouiller les gènes ;XX. Il est possible d’isoler les séquences défectueuses d’un gène à l’aide des méganucléases (protéines) avant d’y réintégrer des morceaux recombinés de gène. Cette technique est utilisée avec succès dans le cadre de la recherche sur la «enfants bulles».

-Tout n’est pas aussi facile que prévu :la carte du génome rencontre une grande difficulté : 20% de gènes sont utiles or, 80% des gènes, on ne sait pas à quoi ils servent ; les gènes ne s’expriment pas toujours ; c’est beaucoup plus compliqué que ce à quoi on pensait ; gènes dormants qui ont dormi ? Qui ne servent plus et qui pourraient fonctionner à nouveau ?

-En biologie, la PCR (réaction en chaîne par polymérase) : méthode de biologie moléculaire d’amplification d’ADN in vitro d’ADN* : diagnostic de la tuberculose, de la maladie de Lyme (prises de sang, on peut isoler des morceaux d’ADN des bacilles)

*Adn : acides aminés : milliers de gènes sur un chromosome.

Si des cellules cancéreuses sont typées précisément : un médicament spécifique vient soigner juste ce qu’il faut (ex : cancer du sein).

-Très utile aussi en pharmacologie : «  screenage » pour tester l’efficacité de molécules et voir la réaction immédiatement ; de même en cosmétologie

Cela agit sur un diagnostic préimplantatoire ; prédictif (concerne les maladies potentielles)

Cela pose un problème quand les maladies n’ont pas de traitement ;

Un commerce se greffe dessus ; on peut faire une analyse par internet (on envoie du sang)

-point de vue ; est ce que le fait de se faire ôter les seins baissent le risque d’avoir un cancer ?

Ex : une dame a un cancer du sein ; ses 5 belles sœurs sont mortes du cancer du sein ; faut-il faire le test pour les enfants ?

Est-ce que l’hérédité du cancer ne peut se déplacer dans la famille (nièce…) ?

L’hérédité n’est qu’un des facteurs parmi d’autres (accident, environnement…)

-Recherches sur les cellules souches (qui peuvent devenir tout) totipotentes dans l’embryon, le placenta, le sang du cordon.

Recherche sur les cellules adultes (moelle de l’os, peau, tissu adipeux….)

En 2006 cellules IPS (cellules pluripotentes induites) cellules normales, trafiquées génétiquement qui deviennent des cellules souches (prix Nobel de médecine 2012 à Shinya Yamanaka, le chercheur japonais, auteur de cette découverte). Essai sur l’homme en 2012

Actuellement, la drépanocytose (maladie du sang, anémie à cellules falciformes) est hétérozygote (porteur sain), est-ce qu’on va les vérifier systématiquement ? Non, ce n’est pas efficient : donc, cette technique est éliminée (interdit en France, Mars 2014)P1000257

Diagnostic prénatal ; Etude du développement embryonnaire ;

Savoir pourquoi telle cellule devient pathologique afin de prévoir des maladies. Cela incite à éliminer ceux qui sont porteurs de gènes défavorables, c’est le malthusianisme, l’eugénisme.

Des tests non invasifs se développent ; prise de sang (sans ponction), de plus en plus facile 96% des trisomiques sont éliminés ; de quel droit ?

Eugénisme :

Cas pour avoir un enfant du sexe désiré ; cela se pratique même en France.

L’hémophilie est transmise par la femme, elle ne peut l’avoir, mais le transmet à un garçon.

Le diagnostic peut-il avoir des répercussions sur le devenir de l’être humain ?

C’est pour cela que c’est interdit en France ; on ne peut chercher qu’une maladie.

·         Un couple de dentistes ; le père est mort d’une maladie de démence ; la femme a commencé à avoir des troubles du caractère, le couple s’est séparé ; elle a fait une démence puis est décédée ;

·         C’est une maladie génétique ; on demande aux enfants « voulez-vous faire les tests ? » ; l’aîné le fait : il est positif ; le deuxième : négatif

·         Le cadet : test positif ; (Huntington)

Concernant l’autisme, il existe de nombreux facteurs, pas que des facteurs génétiques, on ne pourra pas savoir quel est le gène déclencheur.

-Eugénisme ; certains proposent d’éliminer le gène, peut-on éliminer le gène sans éliminer le porteur ?

Non, toutes les cellules sont touchées ; pour l’eugénisme, on distingue l’eugénisme positif : mettre des gens « très bien » entre eux pour faire des beaux petits…

Eugénisme négatif : suppression ; L’eugénisme d’état ; Hitler, Suède, stériliser

Il faut se méfier des évidences sur l’hérédité ; par exemple certains pensaient que la tuberculose est héréditaire, de même pour la syphilis, alors que les facteurs environnementaux sont prépondérants.

Thérapeutique et problèmes éthiques

Grâce aux cellules souches on peut soigner x certaines leucémies. (effectif)

Traitement par IPS ; essai humain dans DMLA (La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge est une maladie dégénérative de la rétine d’évolution chronique qui débute après l’âge de 50 ans.) (Aveugle avec l’âge). Des essais sur des personnes atteints de la maladie de Parkinson auront lieu en 2016.

On fait d’abord des essais précliniques sur des animaux qui sont prometteurs ; lésions osseuses ; lésions cardiaques ; injection de cellules souches (toutes neuves) ; les cellules ne se développent pas forcément comme on le souhaiterait ;

Le clonage ; Dolly ; cela est dans le domaine du possible même chez l’homme ; réserves de cellules pour se soigner – humanité à deux vitesses avec ceux qui ont les moyens et ceux qui ne les ont pas.

Fin 2004 134 358 embryons sont stockés : 59% ont un « projet parental », 6300 sont sacrifiés pour la recherche, 9300 parents ont choisi de confier leur embryon à l’adoption. Quid des autres ?

Cancers typés génétiquement ; médicaments adaptés

Propres cellules souches reprogrammées ; infarctus du myocardeP1000268P1000270

Thérapies géniques ; d’énormes espoirs pour les bébés bulles ; réussite ; mais déception : les enfants ont développé des leucémies ;

Fabrication de médicaments : l’insuline d’une pureté absolue, l’hormone de croissance, certains vaccins, l’interféron…

Interféron (leucémie, sida) 40 000 l sang pour un gramme d’interféron ; aujourd’hui, des bactéries en fabriquent en quantité illimité

Hémoglobine avec du tabac (modification du génome du tabac pour qu’il fabrique l’hémoglobine)

L’imatinib : est un médicament utilisé pour traiter certains types de cancer ; a très peu d’effets secondaires ; soigne leucémie avec chromosome Philadelphie, certaines tumeurs. Il est extrêmement cher : approximativement 2 500 euros en 2011 pour une boîte de 30 comprimés. Ce prix rend son accès totalement prohibitif pour beaucoup de malades dans le monde. Novartis a intenté un procès à l’Inde qui a lancé un générique trente fois moins cher. Ce procès a suscité les réactions de nombreuses associations humanitaires. L’Inde a jugé abusive l’exclusivité pour cette molécule, permettant la production de médicament générique à un prix bien moindre (73 dollars/mois de traitement)x; x

Le médicament est-il vendu à son juste coût ? Y a-t-il arnaque ? (c’est un exemple)

Le coût du développement du médicament est très cher ? Amortissement de la recherche, si on n’amortit pas, la recherche s’arrête et les progrès n’avancent plus.

Si on manque de moyens, y aura-t-il des choix pour poursuivre ou stopper les soins ?

Combien de temps pourra-t-on se payer ces médicaments ?

Les médicaments voient leurs coûts baisser lorsque l’on peut utiliser les médicaments génériques. Ils sont fiables, car contrôlés.

Le progrès dans la solidarité devrait-il être universel ?

Le clonage : on transfère un noyau de l’organisme à cloner dans un cytoplasme autre. On implante cette cellule dans un utérus : on obtient un clone avec un génome identique.P1000258

-Qui peut donner des limites au développement humain ?

Le Téléthon : maladie de Duchenne ; myopathie ; c’est une maladie génétique ; les progrès sont faibles. L’idéologie existe, y compris dans la recherche ; il y a de fausses bonnes nouvelles ; les effets escomptés ne sont pas présents et l’euphorie retombe. (Bébé bulle)

-Pour contrôler l’éthique il existe le Comité National d’Ethique : quel est son poids ?

Il est consultatif, le législateur décide.

La Loi Léonetti (2005) permet de sacrifier l’embryon : avant 2012 il était interdit de sacrifier un embryon (avec des exceptions). Depuis c’est autorisé (avec autorisation préalable)

On ne demande pas à arrêter le progrès bien sûr qui est bon pour l’homme ; mais c’est  l’usage qu’en fait l’homme qui est problématique.

Les règles d’éthique françaises ne sont pas appliquées dans les autres pays, et nous ne sommes pas à l’abri de personnes avides de pouvoir ou atteints de folie …

C’est la démarche citoyenne qui doit avoir une limite éthique.

Blaise Pascal : l’ordre des corps ; l’ordre de l’esprit ; l’ordre de la charité ou de la sagesse (amour, sagesse, charité, dignité)   : « il y a une distance infiniment plus infinie » entre celui-ci et les deux autres; c’est un ordre différent qui règne sur les deux autres.

Pour les chrétiens, jusqu’où doit aller notre amour ? La fraternité a-t-elle des limites ?

Lecture d’un passage Du Deutéronome, chapitre 8

Ps : n’hésitez pas à exprimer vos commentaires ou continuer le débat sur le site de l’ARES :

Ares-perigord.fr

_______________________________________________

23 Avril : pédopsychiatre Dr Jean Louis Poitevin : « autorité parentale et éducation »

21 Mai : Réunion exceptionnelle :Christian Signol au centre socio culturel : les persécutions des juifs en 42 44

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/mars-2014-progres-en-genetique-humaine/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>