«

»

Oct 25

Imprimer ceci Article

Octobre 2012 – Le mariage traditionnel

ARES

 

 

Le mariage

 

 

24 participants

 

 

1ere des deux réunions : le mariage tel qu’il existe : la prochaine fois : mariage nouveau proposé puisque nous aurons le projet de texte de loi

 

 

(prévu pour l’année prochaine : Mgr Rouet : sujet à définir, Christophe Lafaye : situation et historique en Palestine et Israel ; Claude Michelet : 16 mai la Résistance, l’esprit de résistance; l’euthanasie avec intervenants locaux)

 

 

plan de Claude de Fleurieu :

 

1804 mariage civil avant tout mariage religieux

 

art 371-1 du Code Civil

 

 

Trois moments : droit romain, droit médiéval, droit moderne

 

 

Abbé Thomas Magimel

 

___: Il y a d’autres droits dans le monde qui gèrent le mariage

 

L’Eglise a un point de vue influencé, dans le bassin méditerranéen, par les droits romain et grec.

 

Les instruments de l’Eglise sont insérés historiquement. On fonctionne avec notre culture, nos repères (en tant que français aussi). Le propos de l’Eglise est de dépasser ces composantes historiques et locales

 

le mariage existe avant l’Eglise, avant Jésus (Jésus invité au noces de Cana). L’Eglise n’a rien inventé au mariage à part l’indissolubilité ( la durée dans le temps jusqu’à la mort)

 

Le texte de référence pour le mariage est le début de la Genèse : le 6ème jour Dieu crée l’être humain (ce n’est pas un hasard cette succession d’étapes). le monde n’est pas dû à un hasard mais à une volonté créatrice successive.

 

Cette notion de succession des jours a été introduite il y a environ 3000 ans.

 

La parole est première : dans le mariage cela va être une question de paroles.

 

C’est un mariage de tradition judéo-chrétienne. tous les systèmes du monde parlent de mariage parce que le mariage est une façon de constituer la société à travers la famille

 

« Dieu créa l’être humain à son Image, à son Image il créa l’être humain, il les créa mâle et femelle. » Du point de vue biblique, au niveau de la conception de l’être humain il y a bien l’être humain sexué..

 

L’être sexué est posé dès le départ : c’est une réalité fondamentale de l’être humain d’être sexué. Cette polarité mâle/femelle traverse tout ce qui touche l’être humain ;. la tradition sexuée est dès l’origine.

 

C’est une marque de la création mais aussi de notre finitude. nous ne sommes pas en nous mêmes la totalité de la création. on connaît le mythe androgyne : on a été créé entier et séparé et nous passons notre temps à rechercher notre moitié. Nous ne pouvons pas homme ou femme penser être créé comme entier.

 

___Et à propos de la création de la femme par la côte ?

 

__Abbé__ Il: y a près de 500 ans entre les deux textes : deux traditions d’écriture différentes ;.il n’y a pas antinomie mais complémentarité. Aucun des deux textes n’est une histoire, c’est une vérité symbolique, de l’ordre du mythique : est-ce qu’Adam a été créé à partir de la glaise et la femme à partir d’Adam ?. la phrase d’Adam « voici l’os de mes os la chair de ma chair, on l’appellera Eve (la vivante) » c’est symbolique,. c’est une façon de dire que l’homme et la femme sont égaux (l’os de mes os…) la notion de parité et d’égalité à cette époque était révolutionnaire. ici on a l’égalité entre l’identité de l’homme et de la femme.

 

___ Et il dit l’os de mes os, celle ci… en référence et en opposition à autre chose?

 

__Abbé__, Il y a d’autres textes avec d’autres sens, ce texte veut simplement nous dire l’égalité profonde entre l’homme et la femme. on dit  tu as une « épouse », alors que la femme était jusque là réservée au foyer, aux enfants et au plaisir masculin. Dans aucune autre espèce de la création on ne parle de sexuation des créatures (sauf beaucoup plus tard avec l’arche de Noé). Dans l’acte créateur on insiste sur la sexualité que pour l’être humain. L’humain est créé dans sa sexualité à l’image de Dieu, la sexualité est bonne. On dit bien, Dieu vit que cela était « bon » chaque soir quand il a créé quelque chose. puis quand il crée l’homme sexué « Dieu vit que cela était très bon ». la sexualité est voulue pour le bonheur et la bonté de l’être humain. On a toujours tendance à croire la morale judeo chrétienne castratrice, en fait non, dans le débat actuel et dans les débats généralement, y a un risque pour les paroles d’Eglise, d’être prises au piège car on nous croit opposés à… : notre propos n’est pas d’être opposé, mais de dire ce qu’on croit : on croit que l’homme et la femme sont bons et beaux, la sexualité est bonne. on propose une vision de l’être humain et du monde qui est très belle et qui mérite d’être expliquée et d’être promue. La sexuation n’est notée que pour l’être humain, justement parce que l’être humain est fait pour être donné, pour SE donner : c’est un aspect fondamental de la création : il a été créé par amour et pour l’amour, la sexualité est un exemple de cette capacité du don, cette capacité et cette fragilité. Le récit est frappé par la nudité de l’homme et de la femme. ils sont nus devant l’autre et n’en éprouvent aucune honte, c’est symbolique et c’est vrai. La nudité est un lieu d’intimité, de réciprocité, de vérité.

 

Masculin et féminin sont des termes de relation : l’être humain n’est pas fait pour être seul (il n’est pas bon que l’homme soit seul) nous sommes des êtres de relation, la sexualité en est un signe. par volonté créatrice, c’est cette unité du couple qui va générer la fécondité. Mystère que nous croyons au coeur de la volonté créatrice de Dieu. L’Eglise se comprend face à son Créateur. Nous ne sommes pas nous mêmes nos propres initiateurs, nous dépendons de quelqu’un d’autre.

 

La création dans la Genèse nous amène à découvrir notre finitude : la compréhension que nous ne sommes pas nous mêmes capables de remplir notre vie. « je ne suis pas le tout, je ne suis pas la vérité de l’humain » mais aussi « je ne SUIS pas tout » . On dit les hommes viennent de Mars les femmes viennent de Vénus, il y a deux mondes qui se rencontrent et qui restent mystérieux. Il faut se rencontrer mais on ne peut jamais connaître tout de l’autre. j’ai besoin de l’autre et que l’autre soit différent. Il faut comprendre que cette création d’êtres dissemblables fait partie de cette capacité de donner et de recevoir, la non compréhension totale de l’autre n’est pas une limite privative mais une limite d’ouverture. l’ouverture à un possible, ouverture à la différence. Il y a une différence entre homme et femme, elle n’est pas acquise ou seulement culturelle, elle est voulue.

 

« L’homme quittera son père et sa mère s’attachera à sa femme et tous deux ne feront plus qu’un » :L’enracinement du mariage, la capacité à s’unir, dans cette unité de la chair et du coeur, on trouve l’image de Dieu. voilà pourquoi les religions vont s’intéresser beaucoup au mariage, pas seulement pour un ordre social d’organisation, mais aussi pour une vision théologique : l’homme et la femme dans leur capacité à se donner et à donner la vie c’est une image de Dieu.

 

Un homme, une femme, un enfant ça fait penser à la Trinité, c’est une analogie. en regardant un couple fécond (aussi sur un plan spirituel) on verra Dieu.

 

Par rapport à cette unité (chap 3 de la Genèse) on verra la rupture, le péché : ne soyons pas des rêveurs : la création est bonne, la sexualité est bonne, mais il y a la capacité au péché. non pas à cause de l’acte sexuel : il n’y a aucun lien entre la sexualité et le péché dans la Genèse. Le péché c’est le manque de confiance en Dieu, et du coup, la rupture (c’est la femme que tu m’as donnée).

 

Ceci était la vision biblique de l’être humain, homme et femme, et de leur fécondité potentielle.

 

 

___Le mariage dans notre société est beaucoup tombé en rareté.

 

__Abbé__ Il y a moins de mariages qu’avant, c’est vrai, mais les chiffres ne sont pas si négatifs qu’ils en ont l’air : un mariage sur deux (46%) est religieux (mais encore 90% des français sont de tradition chrétienne). donc notre vision est tronquée mais c’est aussi vrai des mariages dans d’autres confessions.

 

 

___On voit le lien entre ce qui a été dit et le non mariage actuel, l’individualisme

 

__Abbé__ Il y a beaucoup de gens célibataires après l’échec d’un mariage, pas forcément par choix. C’est un monde de souffrances. pas forcément morales. La plupart des gens vivent en couple, avec ou sans mariage. La plupart des gens rêvent de l’union stable. Les jeunes gens même s’ils ont un comportement sporadique, leur idéal c’est le compagnon, la compagne. c’est le schéma le plus fréquent.

 

___ Parmi les mariages, il y a 46% de divorce

 

__Abbé__ : De ceux qui sont mariés : la moitié divorcent, mais donc la moitié restent en couple! parmi ceux qui ne se marient pas, il y a 6 fois plus de séparation ! le mariage est un lieu de solidité.

 

___ Ils se séparent parce qu’ils ne sont pas sûrs d’eux, ils ne se marient pas parce que c’est pas solide

 

__Abbé__. Le mariage va avec des relations qui durent plus longtemps.

 

___ Oui, y a des gens qui après avoir vécu plusieurs années ensemble souhaitent consolider leur couple par un mariage et qui rompent un an après

 

__Abbé__ et il y a les paliers :1ans 5 ans 7 ans…

 

___ Il y a la peur de l’engagement

 

___ Le mariage est un accouplement assorti d’un contrat d’engagement, c’est à distinguer des gens qui font de l’accouplement simple.

 

___Dans le PACS il n’y a pas non plus d’engagement. Le mariage c’est un engagement devant d’autres.

 

___ De nos jours la notion de mariage civil ne compte plus cette notion d’engagement définitif.

 

___On en parle à cause de l’actualité. On est en train de s’intéresser à la vie du mariage qui est une part importante dans la vie de l’homme. Il y a un appauvrissement de cette partie de la vie de l’homme, doit-on s’intéresser à cet appauvrissement ou aux raisons de cet appauvrissement. : les mésusages du mariage (y a pas que le mariage homo) il y en a eu beaucoup.

 

 

__Abbé__ : On a là un élément parmi d’autres d’une détérioration (pas forcément)) mais d’une évolution de la société ; c’est quand même une détérioration, car le mariage c’est une question de confiance : on s’engage vis à vis de l’autre.

 

___La foi fait partie de la condition humaine, c’est un renouvellement permanent. Le mariage aussi est un renouvellement et une construction permanente.

 

__Abbé__ C’est à la fois un renouvellement et une construction permanents, mais il y a une base solide et définitive qui est la parole. « fiat lux et lux facta est » : c’est une parole qui crée quelque chose. c’est rare de pouvoir dire et faire en même temps. C’est peut-être un affadissement de la foi et de la confiance (même racine) : une difficulté à concevoir l’engagement du mariage.

 

___On parle de mystères : la foi, le mariage, sont des mystères.

 

__Abbé__ :Une difficulté de notre monde individualiste et autosuffisant qui ne reconnaît pas l’altérité de Dieu, il n’a pas besoin et ne veut pas avoir besoin d’autrui. Comment peut-on annoncer le mariage sans annoncer Dieu, nous parlons avec un présupposé que beaucoup n’admettent pas, ne croient pas. On ne défend pas le mariage pour défendre le mariage, mais parce qu’il nous parle de Dieu.

 

___Il y a des gens aussi parmi les non croyants, des gens d’une fidélité exemplaire

 

__Abbé__ et des chrétiens qui se comportent pas bien. On a la capacité d’être acteurs

 

___Qu’elle est l’origine du mot mariage?

 

__Abbé __: matrimonium, racine matrimoniale, maternelle.

 

___Donc si c’est entre deux homme ça ne devrait pas s’appeler avec ce mot mariage

 

__Abbé__ …Certains veulent justement un autre nom : union, parce que justement le coeur symbolique est là. Il y a un très beau texte sur le mariage pour tous, ce qu’on ne nous dit pas. les évêques ne se sont pas tus sur ce sujets et parleront la semaine prochaine à Lourdes et parleront… un message fort, on l’espère. Texte de Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France, (clair simple astucieux). On nous provoque, oui, mais on ne peut pas rester inertes en tant que croyants, devant des ados de 14-18 ans, sur le mariage pour tous.

 

___ Le problème de l’Eglise dans son ensemble : c’est dans sa manière d’exister qu’elle prouve ses valeurs. Le débat, s’il doit être empreint souvent de la grâce ; c’est par l’humilité qu’on prouve les valeurs de ce qu’on défend. Le regard de la société athée vis à vis de l’Eglise : le mariage en est un symbole.. La société athée ne reconnaît pas en l’Eglise les valeurs non audibles, marquées à l’aune de la parole initiale de Jésus.

 

__Abbé__ les véritables acteurs de l’Eglise sont les couples, les curés, les sœurs, les évêques font leur boulot mais ce sont les couples qui portent la spiritualité, c’est leur spiritualité qui est crédible. leur façon de vivre. l’Esprit Saint dans le mariage.

 

___Le mot mariage est souvent employé, mais il y ai le mariage civil et le mariage religieux. on peut presque déplorer que ce soit le même mot puisqu’on se marie une fois civilement PUIS religieusement avec la même personne. Donc ce sont deux choses différentes. en ce moment la loi qui est à l’étude parle de mariage, mais religieux. De toutes façons l’Eglise ne va pas adopter le mariage religieux homosexuel.

 

__Abbé__ C’est une bonne chose que ce soit le même mot puisque dans la création chrétienne l’animal humain est religieux par essence. La réalité humaine ne se coupe pas, le mariage à la mairie c’est important, c’est le même geste, même si il est différent dans le temps et dans l’espace entre la mairie et l’Eglise, c’est le même OUI.

 

___Non ce n’est pas le même oui : le mariage religieux est un sacrement, mais à la mairie c’est un contrat comme si on montait sa boite. Il y a des gens qui souhaitent ne faire que l’un ou que l’autre.

 

___Dans les deux mariages, les ministres du mariage ce sont les époux.

 

__Abbé__ Les mariés dans la tradition protestante les mariés se disent oui à la mairie et ne font qu’un temps de prière au Temple. On ne refait pas le mariage au Temple car c’est le même OUI. Nous en tant que catholiques on a besoin de le redire devant le prêtre, mais c’est notre histoire. Les mariés peuvent se marier dans l’Eglise sans prêtre, ils sont les ministres du sacrement.

 

___Pour l’instant en parlant du mariage pour tous on ne parle pas de sacrement.

 

___Mais si nous nous préoccupons aujourd’hui du mariage à l’ancienne c’est civil, uniquement.

 

___Qu’est-ce qui empêche alors deux homosexuels d’être ministres de leur propre mariage?

 

__Abbé__Parce qu’il s’agit dans l’écriture d’un homme et d’une femme.

 

___On fait comme si le mariage civil c’était juste deux personnes qui veulent vivre ensemble : mais il y a plus que ça : changement de nom, filiation, union de deux familles. en France le mariage religieux est obligatoirement précédé du mariage civil

 

__Abbé__ Ce n’est pas interdit, seulement le ministre qui célébrerait le mariage sans avoir vérifié que le mariage civil ait été fait avant sera puni. Catholiquement parlant on peut marier deux personnes qui ne sont pas mariées civilement, mais on ne le déclare pas (exemple une veuve qui ne veut pas perdre la pension de réversion de son défunt mari.) C’est pour mettre en paix deux personnes qui s’aiment et qui souhaitent vivre ensemble.

 

___Amour et mariage, dans l’histoire?

 

__Abbé__ Concile Vatican 2. Il y a une cinquantaine d’année les évêques se sont posé la question pour la première fois de l’amour dans le mariage. C’est difficile de légiférer sur l’amour. L’Eglise avait beaucoup légiféré sur les circonstances du mariage pour redonner de l’ordre social (filiation). Il y a les occidentaux romantiques qui disaient « on se marie par amour ». mais chez les Indiens, il arrive que les jeunes gens ne se connaissent pas avant le mariage pour causes culturelles, même s’ils sont chrétiens, donc les évêques ont trouvé la formule : «  se marier par amour et pour l’amour ». Un des points fondamentaux du mariage depuis l’origine c’est la liberté. C’est l’Eglise par cette vision de l’homme et de la femme et de leur égalité qui a amené la femme à dire son mot. C’est l’Eglise qui a apporté au cours des siècles cette réalité que l’homme et la femme sont égaux en droits et qu’elle a voix au chapitre, un mariage arrangé, si tous les deux y consentent, pourquoi pas? l’Eglise s’adresse à des cultures différentes mais a une vocation très claire à l’amour conjugal.. C’est difficile de parler d’amour car c’est le sens même de Dieu. On parle donc de communauté de toute la vie. C’est cette communauté de toute la vie qui est faite par amour et pour l’amour. dans la conception chrétienne Cet amour a pour but le bien des époux et la génération des enfants. Jean-Paul 2 a beaucoup apporté à tout ça car les deux sont à égalité (le bien des époux et la génération des enfants)

 

___Mais même pour les personnes après ménopause ?

 

__Abbé__ Oui, quand on voit un couple qui ne serait plus en âge de procréer on évacue la question de la génération d’enfants, par contre un couple qui déciderait de ne pas avoir d’enfants, qui refuserait cette fécondité, on ne peut pas les marier à l’Eglise. on ne fait pas que avoir des relations sexuelles mais ça fait partie du mariage, il arrive des cas où on déclare « le mariage était nul dès le départ » si on découvre après que la liberté n’était pas là.

 

C’est Jésus qui apporte, par rapport au mariage juif, l’indissolubilité : que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni. Jésus a élevé le mariage à la dignité de sacrement.

 

___Est-ce que cette indissolubilité est bien présente à l’idée de ceux qui se marient. ?

 

__Abbé__ on leur pose la question, mais s’ils répondent oui après avoir réfléchi on supposent qu’ils sont conscients

 

___ La valeur du mariage est liée à cette indissolubilité, si Jésus a dit ça c’était pour relever la valeur du mariage. je ne suis pas certain que ceux qui se marient mettent autant de poids dans leur serment.

 

__Abbé__Ca fait 50 ans qu’il y a une préparation pastorale au mariage. Chaque couple va avoir l’occasion d’y réfléchir. parfois lors de la demande d’annulation de mariage, on se rend compte parfois de la pauvreté de la préparation au mariage.

 

___ Cette prise de conscience n’est elle pas au delà des capacités de l’individu au moment même?

 

__Abbé__ On peut se poser la question : est-ce que tout le monde a le droit au mariage?

 

___ Même sans être bien conscient au moment du mariage ça n’empêche pas de construire quelque chose, c’est quand même un plongeon.

 

___ Avant on se voyait un quart d’heure tous les 15 jours, mais maintenant les gens qui se marient se connaissent beaucoup mieux qu’avant

 

___ Cette retenue permettait de réfléchir aussi.

 

___ Non, c’est que les enfants étaient vraiment au centre, le but était avoir des enfants et leur éducation .

 

___ Maintenant on met des gens qui ne se connaissent pas ensemble (ex le loft) au bout de 4 jours l’un s’en va et les autres sont tous en train de pleurer. ils ont une faculté à se lier et à s’aimer sans retenue.

 

__Abbé__ Aujourd’hui la plupart des jeunes gens vivent ensemble avant de se marier (sur environ 1000 couples je n’en ai vu que 2 ou 3 qui ne vivaient ni ne couchaient ensemble) mais pour autant, cette façon dont on vit ne nous prémunit pas contre des ruptures violentes, des souffrances. cette libéralité ambiante n’est pas bonne, elle n’a pas apporté de bien

 

___Et si on leur demandait de ne pas vivre ensemble ils ne pourraient pas le concevoir. ce serait une fêlure dans leur façon de voir.

 

__Abbé__ En proposant le mariage, on propose un outil susceptible d’aider les gens à être heureux. il y a là un mystère, un bonheur possible, c’est dommage qu’autant de gens n’y aient pas accès. mais je en suis pas pour ces façons américaines où on exige la virginité des adolescent. Je ne crois pas que ce soit sain. c’est normal qu’un garçon désire une fille et qu’une fille désire un garçon, mais dans un don. Le mariage c’est le lieu du don total,. la sexualité n’est perçue que comme une possibilité de se donner l’un à l’autre. c’est beau.

 

___ Demander l’abstinence pré mariage serait impossible

 

__Abbé__ Peut-être que nos grands-parents ne vivaient pas le mariage comme un don total de soi, et que c’est encore à construire.

 

___ C’est peut-être le problème de l’Eglise qui est la détentrice et le réceptacle de ces valeurs là.

 

___ Ce sont les pratiquants qui sont la visibilité de l’Eglise, pas les clercs. il y a une prévision de faire une formation au mariage civil pour essayer de diminuer le nombre de divorces.

 

__Abbé__ A Périgueux une fonctionnaire a proposé une préparation au mariage civil mais il n’y a pas eu de grand succès. A l’Eglise on a l’obligation de se soumettre aux préparations prévues. Là ils ont l’occasion de parler de leur vie, de fidélité, de liberté, ce qu’ils ne font pas si souvent que ça, sinon. on vit à la surface des choses très souvent.

 

___ C’est très difficile de parler aux enfants lorsqu’ils se préparent au mariage.

 

___Sur la sexualité c’est difficile, mais pas sur le mariage, sauf si on a peur d’en parler avec les enfants, si on ne considère pas que le mariage fasse partie de la relation intime entre les enfants et les parents.

 

___ Ca fait partie de l’éducation des enfants, mais les enfants ne nous laissent pas parler de cela

 

___ Si on revient à l’histoire du mariage, d’après le mot mariage, c’est homme/femme donc le but est de convoler en mariage pour devenir père et mère, donc les enfants nés du mariage appelleront l’homme et la femme papa et maman avec tendresse. On essaie actuellement de faire perdre toute cette notion d’affectivité, de tendresse. Le mariage tend de plus en plus à empêcher cela.

 

___ Souvent le mot amour revient mais il y a trois définitions de l’amour.

 

__Abbé__ Il y a l’amour filial (pour autre chose qu’une appropriation ou captation : enfants, don, pensées, ), l’amour charnel (pas négatif : tout ce qui est l’amour sexué est bon. on est tous définis par notre sexualité, pas forcément par notre génitalité (l’utilisation qu’on en fait)), et agapé, c’est la quintescence de l’amour qui n’est pas exclusion des autres : c’est l’amour de charité, qui va s’offrir à l’autre et permettre à l’autre d’exister. Le mariage devrait être un lieu d’amour. dans la tradition chrétienne le mariage est l’agapé. mais il y’ a aussi eros l’amour charnel et également le filia (on peut aimer construire une maison ensemble, aller au ciné, élever des enfants)

 

___ Dans le mariage l’amour se transforme : sur 50 années de mariage, l’amour se développe et se transforme, il recherche le bien de l’autre et est très attentif. Il peut conduire à se dépasser soi même en choisissant le bien de l’autre.

 

__Abbé__ L’amour est vivant, il se transforme mais il est mortel aussi. Deux êtres qui peuvent s’aimer sincèrement et puis ne plus s’aimer. Il arrive que deux personnes qui s’aiment profondément peuvent un jour ne plus s’aimer. On n’est pas maître de tout : un accident qui rend le conjoint tellement différent de ce qu’il était? La découverte de la personnalité profonde du conjoint qui est trop éloigné de ce qu’on a connu? L’amour est pas seulement un sentiment mais un vouloir : c’est quand on veut aimer qu’on aime vraiment. si c’est juste un sentiment ça ne dure pas.

 

___ Est-ce que c’est valable pour un prêtre?

 

__Abbé __ Oui, la capacité d’aimer est la même. mais si l’amour n’est basé que sur l’attirance et le bien être mutuel, ça ne dure pas. il faut vouloir l’amour pour que ça dure.

 

___ Est-ce que ce n’est pas justement la capacité de voir une personne dans toute sa dignité (et non pas juste la forme physique)

 

___ Il y a aussi qu’on est très jeune quand on se rencontre, et quand on évolue, chacun selon son rythme propre qui peut être très différent, on se rend compte que l’autre finalement on ne l’aurait pas épousé

 

___ Le chrétien a le droit et le devoir de se préserver tout en aimant l’autre.

 

___ Par exemple dans la violence conjugale, on peut voir l’autre en se disant avec compassion qu’il a souffert, on se renseigne, on bouquine pour l’accompagner …

 

___ Notre capacité d’amour peut être débordée par les défauts de l’autre, mais le contrat de base n’est il pas celui-là « pour le meilleur et pour le pire »

 

___Tout ce dont on parle c’est pesant on ne parle plus d’amour mais d’obligation,. on entend « il faut » ça enlève toute la joie du couple. On parle de gens qui changent. si on s’aime ce sera facile de surmonter tout ça. il n’y a pas à se poser de questions

 

___Non, tout dépend de la manière : quand on dit il faut donner tout dépend de la capacité qu’on a à donner dans la joie. Je parle de ce vers quoi on essaie de tendre. Jésus parle d’indissolubilité, c’est lourd l’indissolubilité.

 

__Abbé__ Le mariage veut être une communauté de toute la vie. on vit ensemble même si l’amour n’est plus là.

 

 

J.Estoup : lettre au député à propos du mariage pour tous

 

Chouski : texte sur « l’Instant présent »

 

 

prochaine réunion jeudi 15 novembre, « le mariage pour tous » sur le projet de loi

 

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/octobre-2012-le-mariage-traditionnel/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>