«

»

Oct 22

Imprimer ceci Article

Octobre 2015 – Les fêtes juives

Réunion du 22 OCTOBRE 2015

Les fêtes juives

Intervenant : Père Christophe LAFAYE
Ce soir, nous nous sommes rassemblés pour la première réunion sur « les religions ». Nous venons d’horizons différents : des villes et des champs, mais aussi par notre éducation, notre génération, nos expériences personnelles… nous avons tous des points de vue différents. Soulignons d’emblée que ces différences sont objectives avec une connaissance très variable du judaïsme (du plus érudit à celui qui n’en sait rien), mais aussi et surtout des différences subjectives avec des sensibilités très différentes, des aprioris, des images, des traditions familiales, fruits des aléas de nos trajets de vie.Présentation de l’Atelier de Réflexion Éthique et sociale, remerciements à l’association Saint Laurent pour la salle , présentation des 2 thèmes annuels : l’écologie/la nature et les religions.

La connaissance d’une religion autre, peut, espérons le, éviter 2 écueils :

  1. le recours aux poncifs : les juifs sont tous riches, ils contrôlent tout, ils sont très unis, intelligents…
  2. la suffisance où les juifs seraient l’idée que l’on s’en fait. Ils sont alors réduits : les juifs, c’est la Shoah, ou, ils sont comme nous, des persécutés, on doit les protéger…

La connaissance des mœurs, des coutumes, des problèmes, de la culture, des textes fondateurs peut permettre une relation bienveillante et respectueuse aux personnes sans angélisme et sans cynisme.

Pour nous permettre de mieux connaître le judaïsme, le Père Christophe LAFAYE a répondu favorablement à notre invitation. Il parle l’hébreu, il est bibliste et il est originaire de PEYRIGNAC ! il avait animé une grande réunion, en mars 2013, sur le conflit Israélo-Palestinien.

Afin de permettre l’observance du rituel juif et de ses fêtes, il est nécessaire de connaître les détails d’une année : sa nature (simple, embolismique), sa longueur (normale, déficiente, complète)… La connaissance complète de la constitution d’une année juive implique donc une série de calculs qui composent les cycles lunaire, solaire et hebdomadaire.

  • Le calendrier hébreu est utilisé dans le judaïsme pour l’observance des fêtes religieuses. Il sert, depuis l’époque biblique, à calculer les dates des fêtes religieuses en se fondant à la fois sur les mouvements de la lune et les saisons de la terre afin de pouvoir observer les fêtes de la Torah.

Il fait débuter l’an un à la date supposée de la création du Monde. Cette date a été calculée en utilisant toutes les dates citées dans la Torah. Comme point de départ, il se réfère à la Génèse, le premier livre de la Bible, dont il fait correspondre le début de l’an -371 du calendrier grégorien. Nous sommes actuellement en l’année 5776.

  • Le calendrier grégorien est utilisé pour tous les domaines laïques.

Trois types d’évènements au long de l’année :

  1. Les fêtes provenant d’un commandement divin écrit dans la Torah (Rosh Hashana, Yom Kippour, Pessah,…). Elles sont obligatoires, s’accompagnent de jours chômés et ont de nombreux sens spirituels.
  2. Les occasions instituées ultérieurement par les Rabbins pour célébrer des miracles qui se sont produits pour le peuple juif (Pourim, Hanoukka) ou rappeler des malheurs (jeûne de Guédalia, du 9 Av,…). Elles sont également très importantes pour vivre et partager le destin du peuple juif.
  3. Les anniversaires commémorant des évènements particuliers, tels que le jour de l’indépendance de l’État d’Israël (Yom ha Âtsma’out), la libération de Jérusalem (Yom Yéroushalaïm) ou le triste jour du souvenir de la barbarie nazie (Yom ha Shoa).

 

Le Père Christophe LAFAYE rappelle que les fêtes juives se rapprochent des fêtes chrétiennes et que le calendrier hébreu contient de nombreuses fêtes. Il nous en cite quelques-unes :

  • Roch Ha-Chana,nouvel an juif et jour anniversaire de la création du monde, dure 2 jours.
  • Pessah, Pâque juive, commémore la sortie du peuple hébreu d’Egypte. C’est une fête lunaire qui a lieu au début du printemps, à la même date, tous les 4 ans. Elle dure 8 jours.
  • Chavouot, a lieu 7 semaines après Pessah. C’est une fête agricole qui célèbre les moissons.
  • Souccot, ou fête des cabanes, des tentes. Elle célèbre les tentes dans lesquelles ont résidé les ancêtres durant l’Exode. Se situe à l’automne.
  • Yom Kippour, Jour du Grand Pardon. A lieu 10 jours après Rosh Hachanah. C’est un jour de jeun, se situe à l’automne.

Toutes les fêtes juives bougent sur un mois mais ont toujours lieu à la même saison.

Le Père Christophe LAFAYE nous présente le temple de Jérusalem qui, selon la bible, est un bâtiment religieux, construit par Salomon (-950) , pour abriter l’Arche d’Alliance. Il fut détruit par Nabuchonodosor (-587) ; second temple 70 ans plus tard (-515) complété par Hérode (-19) et détruit par le romain Titus (+70).

 

représentation du temple de Salomon

L’édifice était rectangulaire et mesurait trente mètres de long, dix de large et quinze de haut. L’entrée était orientée vers l’Est et précédée de deux immenses colonnes de bronze soigneusement travaillées. Une solide charpente de bois supportait une toiture en terrasse. Sur les faces extérieures des murs latéraux étaient adossés trois étages de cellules servant aux prêtres et au stockage des réserves. Tout autour s’étendait une grande cour soutenue par un puissant mur de soutènement en maçonnerie. L’intérieur du bâtiment était divisé en trois pièces successives : le vestibule ou porche d’entrée (Ulam), la grande salle de culte ou lieu saint (Hékâl) et le saint des saints (Débir), ce dernier étant destiné à abriter l’Arche de l’Alliance. »

 

L’esplanade est ouverte à tous les peuples (cour des Gentils) ; au-delà de l’esplanade, l’accès est interdit aux non juifs ; une salle et réservée aux prêtres ; le Saint des Saints est réservé au Grand Prêtre une fois par an, c’est un lieu sacré absolu. Dieu, conscient que le manque d’ouverture provoque la rupture du lien avec le Peuple, va chercher un païen, Abraham, pour rétablir le contact avec l’Humanité. « Par Toi seront bénies toutes les familles de la terre ».

Dieu libéra le peuple de l’esclavage du pharaon et fit Alliance avec tout le peuple qui accepta de vivre cette Alliance. Les 5 premiers livres de la bible contiennent les commandements que Dieu donna à son peuple. Barnista devint fils des commandements pour être un peuple particulier, consacré par Dieu pour que toute la terre soit bénie.

Pourquoi eux ?, deux hypothèses :

  • Selon la Bible : Dieu : « parce que vous êtes le plus petit peuple de la Terre »
  • Parce que d’autres peuples ont refusé cette Alliance à Dieu par peur du poids de la charge

Cf : Deutéronome 7 : 6-13 : le mariage entre Dieu et le peuple. Le cœur de l’âme juive.

Le Père Christophe LAFAYE rappelle  que :

  • Les commandements sont le cœur de la religion vive
  • Israël porte l’Alliance

 

A Babylone, la religion prospère grâce à la consigne des traditions dans la Torah. Le texte devient normatif, il n’est pas un corpus ordonné mais est devenu la norme pour les juifs, tous les autres textes alimentent la Torah. Les prophètes rappellent au peuple qu’il faut vivre la Torah. La Torah est constituée de 613 commandements. Ce nombre correspond aux 356 jours du calendrier hébreu et du nombre d’os du corps humain. Aujourd’hui, il reste 60 commandements à vivre au quotidien.

 

La Torah (loi écrite) est commentée par le Talmud (loi orale) et la Mishna , qui est le principal recueil des commentaires, enrichi au fil des générations par les prophètes, les sages et les érudits, toujours dans l’objectif qu’il faut vivre la Torah.

Les juifs n’ayant plus de lieu sacré depuis 2000 ans, le Chabbat (temps de repos) est devenu l’espace sacré dans la Torah (le roi, le temple et la terre). Pendant le Chabbat, rien ne peut être créé afin de tourner leur attention vers l’intérieur (famille, amis, être intérieur, âme) et de permettre de retrouver la présence de Dieu.

De plus, historiquement, les juifs adoptent une posture de protection pour survivre. Pour être juif, il faut une mère juive. L’enfant né du mariage d’un juif et d’une non-juive ne peut pas être juif.

 

Le judaïsme existe en tous lieu car, de fait, le judaïsme passe par une pratique. Être juif, c’est appliquer les commandements.

 

 

A la question de savoir si le judaïsme est une religion prosélytique, le Père Christophe LAFAYE répond par la négative et indique même que les rabbins le déconseillent car le « joug » est lourd à porter.

 

Posséder la Torah et respecter le Chabbat permet-il de se passer de terre ?

En – 70, destruction de Jérusalem à la suite d’une révolte , les juifs, chassés, ont créé une communauté à Babylone ; sous Alexandre le Grand, ils ont créé une communauté juive à Alexandrie ; pendant l’empire Byzantin, la pratique du judaïsme était interdite , les arabes conquérants ont ré- autorisé le retour des juifs à Jérusalem. Actuellement, on peut estimer à 16 millions, le peuple juif pour moitié environ, en Israël et aux États-Unis. La France compte environ 600 000 juifs. Il est à noter qu’actuellement, beaucoup de juifs d’Israël partent en Allemagne.

 

Les chandeliers :

  • A 7 branches : 7 esprits de Dieu. Il avait été amené par Titus dans le temple de Jésus.
  • A 9 branches : est allumé, bougie par bougie lors de la fête de Hanouka
  • Et autres :
  • La mesusa : accrochée sur le mur de la porte de la maison, rappel du lien avec Dieu
  • Le tefillin : accroché sur le front ou le bras, contient 2 versets de la Bible, possède des lanières qui sont entourées autour du bras.

Les juifs :

Il est rappelé qu’il était interdit aux chrétiens de faire de l’usure. Ils ont donc donné cette fonction aux juifs, peuple de Diaspora.

La séparation entre les chrétiens et les juifs est le fruit d’une querelle théologique suite à la reconnaissance de Jésus-Christ comme le Messie par les chrétiens, contrairement aux juifs qui l’attendent encore. Ils n’acceptent pas que notre Messie soit mortel et qu’il n’ait pas amené la délivrance.

Pour le Père Christophe LAFAYE, les chrétiens sont une branche du judaïsme. Pour tout le monde Jésus était juif ainsi que tous les apôtres. Le christianisme n’a jamais rejeté l’ancien testament et reconnaît l’importance d’Israël.

2 sortes de fêtes :

Les fêtes principales, liées à l’histoire du peuple :

Les fêtes familiales :

  • La circoncision: signe de l’Alliance
  • La Bar Mitzvah : l’enfant devient adulte dans la pratique des commandements (à 13 ans)

 

Aujourd’hui, certains juifs, environ 10 000, reconnaissent Jésus Christ comme Messie mais ne veulent pas appartenir à une église.

Après la mort ? :

Les sadducéens, qui disparaissent après la destruction du temple, ne croyaient pas en la résurrection tandis que les pharisiens y croyaient.

 

Le Père Christophe LAFAYE nous rappelle que le Christ pratiquait les fêtes juives, tant religieuses que familiales : que le peuple d’Israël se considère comme le Peuple Élu, celui qui porte l’Alliance : que les chrétiens sont une branche du judaïsme.

 

Remerciements au Père Christophe LAFAYE pour nous avoir apporté ses connaissances et nous avoir permis d’échanger , d’acquérir ou de nous rappeler du judaïsme à travers ses fêtes.

 

Ref :

http://www.consistoiredefrance.fr/229.le-temps-juif

http://www.consistoire.org/113.la-cacherout

http://www.joursferies.fr/fetes-juives.php

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/octobre-2015-les-fetes-juives/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>