«

»

Sep 25

Imprimer ceci Article

Septembre 2014 – L’argent et nous

Thème : l’argent

Compte rendu de la réunion ARES du 25 Septembre 2014

 

 

L’argent et nous.

 

 

24 participants Salle Saint Pierre à Montignac

 

 

Un hommage fraternel est rendu à Josette Lafaye. Elle fait partie des fondateurs de l’ARES et elle a enrichi les rencontres de toute son humanité, son expérience et sa tolérance. « Nul n’est irremplaçable » ! mais nous pouvons prolonger son action, nous efforcer de remplir au mieux les tâches qu’elle assumait.

 

 

La réunion de ce soir fait partie du cycle sur « l’argent » et sera complétée par la réunion « L’affaire Kerviel : qu’est ce qu’elle dit de nous et de la société », au premier trimestre 15, avec Nathalie Geneste (Maitre de conférence en économie à la Faculté de Bordeaux).

 

 

Qu’est ce que l’argent pour moi ? L’argent a des fonctions multiples :

 

Il permet, en premier lieu, une protection de la famille, de l’avenir. Il permet un certain confort, d’acquérir une maison familiale ou d’envisager par exemple des études pour les enfants…

 

« Il a réussi »… l’argent peut être le moteur pour atteindre un objectif, une promotion sociale : objectif légitime si compatible avec le bien commun.

 

Quand les besoins primordiaux sont assurés, il peut être investi dans des outils de production.

 

Il est souligné la considérable évolution de la place de l’argent : il existait (jusque dans les années cinquante), une pénurie généralisée, en particulier dans le monde agricole. Cela entrainait une insécurité économique et des pratiques de troc et d’autosuffisance : l’argent n’existait pas, ou était très rare, pour une large frange de la population !

 

Parallèlement le travail était abondant et le chômage inexistant.

 

L’éducation était adaptée à ce monde avec des règles d’économie (« pas de gaspillage », « l’argent est précieux »…) et des règles d’éducation indiscutées : « si tu veux de l’argent, travaille ».Les études des enfants nécessitaient souvent des sacrifices sévères pour les parents.

 

Après la période faste des trente glorieuses, le rapport à l’argent s’est considérablement transformé : travail rare et chômage, protection sociale hypertrophique, écarts de salaire gigantesques (le salaire du PDG de LVMH correspond à 207 années de salaire moyen d’un salarié …) estimés scandaleux.

 

 

Travail et argent. Pour la plupart des participants, argent égal travail. Pour les nombreuses personnes qui ont connu les années d’expansion économique « l’argent n’était pas un souci ». « Il était juste un bon ou mauvais serviteur ».

 

Il est signalé la situation spécifique des mères au foyer, des femmes d’agriculteur, de commerçant ou d’artisan où le travail ne produit pas de rémunération.

 

La production moderne (industrielle, agricole, de services) nécessite un effort d’investissement de plus en plus important et donc d’épargne préalable. La préparation de l’avenir est à ce prix.

 

Un témoignage sur le difficile passage à la retraite : l’étonnement d’avoir des revenus sans produire un travail, avec un sentiment de quasi culpabilité. Heureusement cette retraitée a pu dépasser ce malaise en s’investissant dans des activités bénévoles qui emplissent heureusement sa vie.

 

… Personne n’envisage l’argent gagné illégalement ou dans des conditions bafouant la dignité des personnes.

 

 

Cigale ou fourmi ? Chacun estime utiliser justement l’argent malgré des grandes variations de comportement, mais 2 attitudes opposées semblent condamnables.

 

Les dépenses irraisonnables qui entrainent l’insolvabilité et donc l’appel à la solidarité sociale ou contrainte du créditeur. Beaucoup de cas « pathologiques » sont rapportés, avec une tendance signalée à la récidive, les échecs passés ne servant pas de leçon à ces personnes surendettées.

 

La thésaurisation où l’argent prend une place prépondérante, centrale, dans la vie de la personne. Il n’est pas utilisé pour par exemple abriter sa famille, préparer l’avenir de la personne ou des enfants, améliorer son outil de travail… L’amour de l’argent prend le pas sur la solidarité humaine et ne constitue plus ce pour quoi il existe : un lien social.

 

Il est souligné que c’est le fait de surendettement récurent ou de l’amour immodéré de l’argent qui est condamnable, pas la personne. Les antécédents, les circonstances peuvent parfois expliquer ces incivilités. « C’est voler celui qui en aurait besoin »

 

L’argent ne peut pas être considéré comme seule valeur ou valeur prioritaire.

 

 

Pourquoi l’argent est tabou en France ? Tous les participants pensent que l’argent gagné par un travail honnête n’est en rien honteux. Il témoigne d’une contribution au bien commun par des efforts. Sa détention et son utilisation ne doivent pas être ostentatoires, blessant pour l’entourage. Mais pourquoi n’en parlent on pas librement en France ?

 

Plusieurs hypothèses sont avancées : l’influence de la religion catholique (et en particulier du jansénisme et du dolorisme), la pudeur, l’envie, la jalousie…

 

 

Bénévolat ? L’existence même du bénévolat prouve que l’argent n’est pas la seule évaluation de l’utilité sociale d’une activité. Il est dit la richesse de cette activité : rencontres (souvent hors de son cercle naturel), sentiment d’utilité en particulier pour les retraités.

 

 

Diverses questions sont abordées : gestion de l’argent du couple, l’héritage et ses avatars, liberté (y compris de partager !!!) permis par l’argent, l’éducation à la gestion des enfants…

 

 

Une ébauche de synthèse est esquissée : l’argent est un symbole et rien qu’un symbole. On ne peut faire de l’argent l’unique échelle de valeur, une idole.

 

L’atelier ne conteste pas 3 principes éthiques traditionnels qui régissent le rapport à l’argent.

 

* il doit permettre le respect de la dignité de chacun

 

* il a vocation à participer au bien commun

 

* il doit permettre à chacun d’exercer sa liberté d’initiative

 

Un temps sera réservé, à la fin de la réunion « Affaire Kerviel : que dit elle de nous et de la société ?», au premier trimestre 2015 pour approfondir l’éthique de la relation à l’argent.

 

 

La séance se termine avec une lecture de : Ecclésiaste 31 ; 5-11 à méditer

 

 

Qui a pu transgresser et n’a pas transgressé,

 

Faire le mal et ne l’a pas fait,

 

ses biens seront fermement établis

 

Et l’assemblée publiera ses aumônes

 

 

Photos, compte rendu, programme  sur site : ares-perigord.fr

 

 

Prochaine réunion le 15 Octobre à Bersac : « socialisation de nos enfants » avec le Dr J.Louis Poitevin (pédopsychiatre)

 

 

Photos

Retrouvailles

Retrouvailles

Le directoire

Le directoire

On discute

On discute

Le directoire souriant

le directoire souriant

Compte de la réunion : A venir

 

Lien Permanent pour cet article : http://ares-perigord.fr/septembre-2014-largent-et-nous/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>